L'angine

L'angine
Le traitement cette inflammation de la gorge, le plus souvent des amygdales, dépend de son origine.
Un mal de gorge entraînant des difficultés à avaler et de la fièvre entre 38 et 39°C sont les premières manifestations de l’angine. D’autres symptômes, tels que toux, rhume, enrouement, gonflement des ganglions lymphatiques du cou…, peuvent être présents. Les amygdales augmentent de volume et deviennent rouges (angine rouge) ou se couvrent d’un enduit blanchâtre (angine blanche). Leur aspect ne permet pas de déterminer l’origine de l’angine.
 
VIRALE OU BACTERIENNE
L’angine peut être due à un virus ou à une bactérie. Ils sont transmis par l’air, lors de toux ou d’éternuements, par contact physique ou par contact avec des objets eux-mêmes contaminés par des sécrétions du nez ou de la gorge.
• L’angine virale est la plus courante : selon l’âge, elle représente de 50 à 90% des cas. De nombreux virus peuvent en être responsables : rhinovirus, coronavirus, virus syncytial respiratoire (VRS), myxovirus influenzæ et parainfluenzæ…
• En cas d’angine bactérienne, le streptocoque bêta-hémolytique du groupe A est la principale bactérie en cause. Cette angine est plus fréquente chez les enfants (de 25 à 40% des cas) que chez les adultes (de 10 à 25% des cas). Elle reste toutefois très rare chez les enfants de moins de 3 ans. Certains signes peuvent orienter le diagnostic : fièvre supérieure à 38°C, ganglions du cou gonflés et douloureux, absence de toux…

TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE OU ANTIBIOTIQUE
Que l’angine soit virale ou bactérienne, elle guérit le plus souvent en une petite semaine.
• En cas d’angine virale, il suffit de soulager la fièvre et la douleur. Le paracétamol est à utiliser en première intention. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent également être utilisés (ibuprofène, kétoprofène).
• Si l’angine est bactérienne, une antibiothérapie est nécessaire (amoxicilline, cefpodoxime…) afin de prévenir des complications rares mais potentiellement graves (rhumatisme articulaire aigu, atteinte des reins, abcès, phlegmon de l’amygdale…). Bien respecter le nombre de prises quotidiennes et la durée du traitement.
Des traitements locaux peuvent être associés sous forme de collutoires, pastilles ou comprimés à sucer. Ils contiennent des antibactériens, des anesthésiques locaux et souvent du miel ou des extraits de plantes à visée adoucissante (guimauve, thym, sureau…).
 
À SAVOIR
Lors de la consultation, le médecin peut déterminer en quelques minutes l’origine de l’angine grâce à un test de diagnostic rapide (TDR). Le prélèvement fait au niveau des amygdales à l’aide d’un écouvillon est placé dans un tube contenant un réactif. Une bandelette est immergée dans ce liquide. Suivant la couleur qu’elle prend, le médecin sait si l’angine est due ou non à un streptocoque du groupe A.
 
QUAND FAUT-IL CONSULTER ?
• Consulter systématiquement un médecin en cas d’angine chez un enfant. Chez l’adulte, un avis médical est également conseillé si les symptômes ne cèdent pas après 48 heures d’automédication, ou si le mal de gorge s’accompagne de fièvre élevée, de maux de tête, de difficultés à respirer…
• Boire beaucoup : eau, tisanes sucrées avec du miel.
• En cas de fortes douleurs en avalant, privilégier des aliments liquides, en bouillie ou en purée (soupes, compote…). Éviter les aliments acides.
• Arrêter de fumer le cas échéant.
• Pour limiter la contagion : se laver régulièrement les mains, utiliser des mouchoirs à usage unique, éviter les contacts directs…
 

Christine Fallet

Bien-Être & Santé
Février 2017