Les ballonnements

Les ballonnements
Météorismes, ballonnements, flatulences… Leur point commun ? Une gêne réelle pour les personnes qui en sont atteintes.
Correspondant à une sensation de gonflement au niveau du ventre, ces symptômes sont dus à une accumulation de gaz au niveau de l’estomac ou de l’intestin. Si ces gaz sont expulsés, ils peuvent répandre une odeur désagréable. Si ces gaz ne sont pas éliminés, ils engendrent des douleurs. 
Selon la localisation, les causes du ballonnement et de l’accumulation de gaz sont différentes.
 
Surproduction de gaz 
 
Au niveau de l’estomac, il s’agit d’une absorption trop importante d’air que l’on avale en mangeant (cette aérophagie peut se suivre d’éructations – des rots en langage familier).
Au niveau de l’intestin, il s’agit essentiellement d’une surproduction de gaz au cours du processus de la digestion qui fait intervenir les bactéries de la flore intestinale, ou « microbiote intestinal ».
 
Plusieurs causes
 
Cette surproduction de gaz peut être liée à la consommation de certains aliments les favorisant (féculents…) ou à un déséquilibre de la flore intestinale (prise d’antibiotiques, maladie, changement de régime alimentaire…). Lors d’un épisode de constipation par exemple, l’accumulation des selles dans le gros intestin prolonge et accentue le processus de fermentation à l’origine de la production de gaz. 
Les ballonnements sont aussi fréquents pendant la grossesse du fait des contraintes que le développement de l’utérus fait subir aux intestins. 
 
De l’argile au charbon
 
Il suffit parfois de modifier son alimentation pour que les symptômes disparaissent. Et plusieurs types de médicaments sont disponibles sans ordonnance.
• Les pansements gastro-intestinaux contenant du kaolin (argile) ou des dérivés de la silicone (siméticone, diméticone) protègent la muqueuse et absorbent les gaz. 
• Le charbon végétal activé absorbe les gaz intestinaux mais il diminue aussi l’absorption intestinale des médicaments et il faut respecter un intervalle de 2 heures entre les prises.
• Les antispasmodiques luttent contre les douleurs dues aux ballonnements. 
• La phytothérapie peut soulager : anis vert, angélique, fenouil, boldo, badiane, thym, basilic, sauge, mélisse…
• Enfin, certaines souches de probiotiques aident à soulager l’inconfort intestinal (gêne, pesanteur, ballonnement…) et des prébiotiques (comme les fructo-oligosaccharides et les inulines) diminuent la production de gaz.
 
Bon à savoir 
 
Certaines personnes souffrent d’un déficit en lactase, d’où une difficulté à digérer le lactose. En cas d’absorption de lait, cela entraîne une fermentation intestinale plus importante se traduisant par des ballonnements, des flatulences ou des diarrhées.
 
RETOUR À L’ÉQUILIBRE 
 
• Bougez, déstressez… et buvez de l’eau plate pour éviter la constipation (1,5 litre de liquides au total par jour). 
• Mangez lentement et calmement, mâchez bien pour éviter d’avaler trop d’air.
• Limitez l’absorption de certains aliments : choux, haricots, lentilles, radis, son…
• Évitez les chewing-gums comme les boissons gazeuses – surtout celles riches en fructose ou sorbitol (jus de fruits, sodas). Et cessez de fumer.
• Consultez en cas de maux de ventre très douloureux et d’incapacité à aller à la selle, comme en cas de vomissements, de fièvre ou de sang dans les selles.

Christine FALLET

Bien-Être & Santé
Avril 2017